Les synchronicités et la visualisation créatrice.

Un peu de magie dans sa vie !

Le pouvoir de la pensée, consciente ou inconsciente, est très impressionnant. Pour provoquer ce qu’on souhaiterait voir se réaliser dans notre vie, c’est un outil précieux. Mais on risque aussi parfois d’attirer ce qui nous fait peur, ou de rester dans un schéma ancien mis en place inconsciemment. C’est là justement qu’il est essentiel de faire face à ses ombres pour mieux les transformer en lumière et accueillir pleinement ses capacités, ses potentiels.


« Tout est énergie, et c’est là tout ce qu’il y a à comprendre dans la vie. Aligne-toi à la fréquence de la réalité que tu souhaites et cette réalité se manifestera. Il ne peut en être autrement. Ce n’est pas de la philosophie. C’est de la physique.« , écrivait Albert Einstein… Les philosophes ont eux aussi beaucoup évoqué ce thème, notamment à travers la phénoménologie de la perception chez Merleau Ponty, qui explique que le monde s’anime et n’existe qu’à travers notre perception, notre regard.


Et l’inconscient dans tout ça ? Est ce qu’il met parfois un peu le bazar ? Mais oui ! Il peut en effet continuer à mettre en place des schémas anciens qui ont été construits dans d’autres circonstances, que l’on répète sans forcément en avoir conscience. Il peut aussi y avoir d’anciennes blessures familiales non réglées, des douleurs de mémoires passées transgénérationnelles, des souffrances qui n’ont pas été soignées et qui auraient bien besoin de l’être. La bonne nouvelle ? On peut s’en libérer! Tout comme, avec de l’aide, il est possible de mettre le doigt sur ce que j’appelle sa blessure principale originelle, afin d’arrêter ces répétitions inconscientes et douloureuses.


Une fois plus léger, plus libre, c’est là qu’apparaît une notion formidable que le psychanalyste suisse Carl Gustav Jung a appelé les synchronicités… Un terme qui désigne d’heureuses et mystérieuses coïncidences de la vie, par une connexion profonde à son intuition. Jung voit dans ces événements une forme de réponse de l’univers à un besoin exprimé consciemment ou inconsciemment par la personne. Mais attention, une synchronicité, selon moi, s’accueille dans le lâcher prise seulement, on ne peut rien forcer. Et j’irais même jusqu’à dire qu’avec un peu de travail, cela peut même devenir un art de vivre…


Si vous avez besoin d’exercices concrets, chaque jour, pour mieux vous aider à vous connecter à ce pouvoir de la pensée, je vous conseille le livre, simple mais assez clair, de Shakti Gawain: « Techniques de visualisation créatrice, la puissance de la pensée.« 


Pour finir, laissons parler Bouddha :
« Ce que l’on pense, on le devient.
Ce que l’on ressent, on l’attire.
Ce que l’on imagine, on le crée
. »

Et vous, que souhaitez vous créer dans votre vie ?